Essai d'un vélo à assistance électrique VAE

Qui d’entre vous, au retour d’une balade, en remontant à Cointe par l’avenue de l’Observatoire, ne s’est pas pris à rêver d'un vélo électrique ?

Votre site favori est passé du rêve à la réalité et a loué et testé pour vous le vélo à assistance électrique (Maison des Cyclistes à la gare des Guillemins),

Avant de passer à l’essai proprement dit, il faut savoir que :

  • Le vélo électrique est avant tout un vélo. Donc, si vous ne pédalez pas, le vélo n’avance pas et, si vous cessez de pédaler, le moteur électrique se coupe. Ce n’est pas un cyclomoteur électrique.

  • Législation oblige, à 25 km/h l’assistance électrique se coupe sinon le VAE serait considéré comme cyclo de classe B avec permis, casque …etc

  • Sur un vélo de «qualité», l’assistance électrique est réglable. Vous pouvez donc vous passer d’aide et pédaler comme avec un vélo «normal». Vous pouvez aussi actionner l’assistance uniquement dans les côtes ou sur tout le parcours. L’autonomie de votre VAE dépendra évidemment de la sollicitation de l’assistance.

  • Le moteur électrique peut être placé dans le moyeu avant, dans le moyeu arrière ou dans le pédalier.

  • Le type d’accus (plomb, Nicd, lithium-ion) influe très fort sur le prix du VAE et peut aller jusqu’à près de 50% du prix du vélo (De + ou – 160 € à 600 €),

Anatomie du VAE essayé

Marque : TREK Type : T80+ Cadre : alu Poids : 24 kg Prix : 1749 €

Moteur : arrière 250w HT BionX Batterie Li-ion 40,74v /4,8Ah Trek

Dérailleur : Shimano Acera 7 vitesses

4 niveaux d’assistance ; la Maison des cyclistes avait programmé une faible assistance sur les 3 premiers niveaux et le maximum au niveau 4.

ESSAI

L’essai s’est étendu du vendredi fin d’après-midi au lundi matin. .

  • Vendredi : Maison des cyclistes (gare des Guillemins), vers Cointe.

  • Samedi : Cointe – Tilff et retour par le RAVeL n°5.

  • Dimanche : Cointe – Saint-Nicolas – Montegnée – Maison des Terrils – Jemeppes par le RAVeL 210/212

Je profite de la rue du Plan incliné pour un peu tester les différents niveaux d’assistance : prudence sur les pédales au niveau maximum ; ça démarre sec.

Dans la montée de l’avenue de l’Observatoire , l’assistance montre toute son efficacité ; j’ai l’impression de monter 2 fois plus vite que d’habitude et en jouant avec le dérailleur, la vitesse augmente encore. L’absence de compteur empêche toutefois une appréciation objective.

J’ai rechargé l’accus et installé un compteur de vitesse.

Jusqu’à Tilff, j’utilise peu l’assistance, sauf pour monter la rampe du pont du Val-benoît, 2 petites côtes près du château de Sainval et parfois un peu sur le plat … pour constater qu’à Tilff, la batterie est déjà à moitié vide !!!!!!

Au retour, économie afin de garder de la réserve pour remonter rue du Perron et Charmilles. Batterie vide après 28 km.

Accus rechargé toute la nuit ….

Assistance maximale pour sortir par le bout de la rue des Buis … et au GB, j’ai déjà utilisé un quart de la batterie. Je continue sur Burenville, Saint-Nicolas en alternant les montées et descentes et en dosant l’assistance selon les besoins.

Conclusions de l’essai

  • Au niveau maximum d’assistance, il faut être prudent au démarrage, l’accélération peut être brutale.

  • Sur le plat, une assistance moyenne ou faible permet de tenir une vitesse moyenne de plus de 20 km/h sans fatigue.

  • Dans les côtes (Av de l’Observatoire, rue du Perron, rue des Charmilles, bd Kleyer), une assistance moyenne à forte permet de monter à 15 ou 16 km/h, voire plus, contre 8 à 10 km/h sans «moteur».

  • L’autonomie s’est révélée très inférieure à ce que j’attendais et très loin des 40 à 80 km annoncés dans les publicités des fabricants : batterie vidée sur le parcours Cointe –Tilff et retour, soit 28 km en 1h30 et environ 18 km/h de moyenne. Même constat le lendemain en montant vers Burenville : ¼ de batterie vidée de la rue des Buis jusqu’au GB. Et il me restait à peine un quart de charge au terme des 18 km de la balade.

A quoi faut-il attribuer ce manque d’autonomie ? Batterie « fatiguée », manque d’habitude, mauvaise utilisation du combiné « dérailleur-assistance » ???

Il serait intéressant d’avoir le témoignage d’utilisateurs quotidiens de VAE pour soit confirmer, soit infirmer les résultats de cet essai.

En tous cas, dans l’état actuel des choses, mon prochain vélo ne sera pas un VAE

Imprimer E-mail