Les rues de Cointe - Cointe ava les vôyes

Cette rubrique est destinée à faire connaître aux Cointois les vieux chemins, les lieux-dits, l'origine de certains noms de rues. Bref, à mieux connaître leur Quartier.

Je tiens à remercier Emile Degey, Président-fondateur de la Commission Historique et Béatrice Libert écrivaine et poétesse cointoise qui m'ont permis d'avoir accès à leurs publications pour alimenter cette rubrique.

Parmi la centaine de rues que doit compter Cointe, le choix était difficile, mais certaines rues nouvelles ou aux noms "passe-partout" ne me semblaient pas d'un grand intérêt. J'ai donc choisi, comme l'avait fait E. Degey dans son recueil "Tous les chemins mènent à Cointe", de remonter le temps et de commencer par ce qui a dû être le … ou plutôt les premiers chemins de Cointe : le Chera et le Tchinrowe.

*************************************************************************

A l'époque "gauloise", une vaste forêt couvre toute la région, depuis le pied de la colline jusqu'aux confins de la Hesbaye

Une voie celte, dont l'origine se perd dans la nuit des temps, traverse cette belle forêt ... "Venant d'Atuatica (près de Tongres), elle passait par le Batch des Macrales, Fooz, Awans, Grâce-Berleur, Saint-Nicolas, Saint-Gilles et Cointe ..." (Edmont Dethier : Deux mille ans de vie en Hesbaye).

A Cointe, près de l'actuel Carrefour Market, cette voie se divisait en deux branches : le Tchinrowe et le Chera.

LE TCHINROWE descendait approximativement par nos rues des Mésanges, du Perron, de Trazegnies et par l'ancien chemin de l'Espinette pour arriver à un gué qui permettait de traverser la Meuse en amont de l'Ile aux corbeaux avant de continuer vers le Condroz.

LE CHERA, (chemin carrossable) traversait le plateau par le boulevard Montéfiore et la plaine des sports jusqu'au Batty, descendait vers le Val-Benoît, franchissait la Meuse par un gué en amont du confluent de l'Ourthe, puis par Angleur, Chênée et Beaufays gagnait le plateau ardennais.

BOULEVARD GUSTAVE KLEYER : cette très belle artère a été créée en 1903 pour l'Exposition Universelle de 1905. Au départ, elle était dénommée "Boulevard de Cointe" et devait faire partie du boulevard circulaire contournant la ville.

Quand Gustave Kleyer, Bourgmestre de Liège et principal instigateur de cette création, démissionna pour raison de santé, le Conseil Communal reconnaissant décida que le boulevard porterait son nom.

Gustave Kleyer est né à Habay-la-Ville le 17 mars 1853. Avocat, il était inscrit au Barreau de Liège. En 1885, il est élu au Conseil Communal de Liège puis nommé Echevin de l'Etat-Civil en 1888. Bourgmestre de Liège de 1900 à 1921, il travaille beaucoup à l'embellissement de sa ville.

PASSAGE DU LAITIER : il s'agit d'un sentier, dont Georges Francis, un Cointois nous a conté l'histoire ... " Le fermier Tonglet, pour empêcher ses vaches de brouter la haie du voisin, dresse une seconde clôture en retrait. Le laitier, (nous sommes en 1930), doit se taper 1500 m par les rues Mahaim, du Batty, la place du Batty et l'avenue des Platanes, pour servir deux clients séparés par 65 mètres de prairie à vol d'oiseau. L'astucieux laitier cisaille les barbelés aux deux extrémités, créant ainsi un sérieux raccourci. Il fut très vite imité par les habitants des environs..."  En 1932, la famille Hauzeur affiche un plan de lotissement de la prairie. Le raccourci figure sur le plan sous la mention "passage". Après la guerre, la famille Hauzeur désire se débarrasser du passage au profit d'un des riverains. Tollé général des dames de l'avenue des Platanes qui utilisent ce passage pour se rendre à l'épicerie rue Mahaim, au coin du passage. Elles pressent le Comité du Parc de se montrer acquéreur ... ce qui fut fait ... et le sentier fut sauvé. En 1988, la Commission Historique de Cointe "Altitude 125" propose de le dénommer "Passage du Laitier".

A suivre avec d'autres rues ...


Les commentaires sur les articles sont les bienvenus dans la rubrique "Contacts" Provisoirement hors service

Imprimer E-mail